Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quentin GILBERT, entre présent et futur

Absent de la liste des engagés du RallyRACC Catalunya, qui se déroulera du 5 au 8 octobre prochain, Quentin Gilbert met un terme à sa belle saison, récompensée par deux podiums en WRC 2.

Le pilote vosgien est déjà tourné vers 2018, avec un engagement en Championnat de France en ligne de mire.

Quentin, pour quelle raison ne serez-vous pas au départ du Rallye d’Espagne ?


« Les raisons sont avant tout d’ordre budgétaire. Nous avions débuté notre programme en sachant qu’il nous resterait un complément à trouver pour boucler la saison. Mais cela ne s’est pas concrétisé et j’ai pris la décision d’en rester là.

Certes, nous pouvions encore viser le podium final du championnat WRC 2, mais cela n’aurait rien changé pour mon futur.

J’ai donc préféré mettre un terme à cette saison pour mieux travailler sur 2018…

Je tiens à remercier l’équipe Tagai Racing Technology, DMACK et tous mes partenaires pour leur soutien. Nous pouvons être fiers de ce que nous avons accompli, avec des moyens sans comparaison avec ceux des équipes d’usine que nous affrontions. »

Que retiendrez-vous de ces cinq rallyes disputés ?


« Malgré un programme monté à la dernière minute, nous avons réussi à être au départ du Rallye Monte-Carlo et à terminer dans le top 5. Ensuite, nous avons eu un peu de temps pour finaliser le programme avec la Skoda Fabia R5 de l’équipe Tagai Racing Technology.

Notre abandon au Portugal a été une grande frustration, mais nous avons bien rebondi avec trois résultats positifs au cours de l’été.

Troisièmes en Pologne, deuxièmes en Finlande et quatrièmes en Allemagne, c’est une belle série qui nous permettait d’être sixièmes du classement général, à seulement treize points du podium. »

Comment envisagez-vous la suite de votre carrière ?


« Je pense que ma carrière en Championnat du Monde s’arrête là.

Il faut être réaliste : les budgets nécessaires pour rouler dans de bonnes conditions sont de plus en plus importants… et il est de plus en plus difficile de trouver des partenaires.

De plus, les catégories comme le WRC 2 souffrent d’un cruel manque de visibilité par rapport aux ‘grosses’ WRC. Je n’ai pas de regrets, car nous avons tout fait pour essayer de percer au plus haut niveau.

Grâce au soutien d’un groupe de passionnés emmené par mes parents, j’ai pu disputer 38 manches du Championnat du Monde, avec 9 victoires et 16 podiums à clé. Ce sont autant de bons souvenirs, mais aussi de l’expérience sur laquelle je compte capitaliser.

L’an prochain, mon ambition sera de disputer le Championnat de France avec le titre pour objectif. »

Pourquoi ce choix ?


« La catégorie R5 continue à se développer et je trouve qu’elle redonne de l’attrait au Championnat de France.

Pour un budget relativement raisonnable, on peut viser la victoire absolue sur de belles épreuves et remporter un titre reconnu en fin de saison. Il suffit de regarder la liste des Champions de France pour comprendre le prestige de cette compétition.

Enfin, un championnat national est plus en phase avec les objectifs de mes partenaires.

Avec mon copilote Renaud Jamoul, nous sommes très motivés par ce nouveau défi et nous travaillons déjà beaucoup pour monter un beau programme 2018. »

Quentin GILBERT, entre présent et futur
Quentin GILBERT, entre présent et futur

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :