Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cap au nord pour le Tour de CORSE WRC 2018

Cap au nord pour le Tour de CORSE WRC 2018
Cap au nord pour le Tour de CORSE WRC 2018

Pour son édition 2018, du 5 au 8 avril, la manche française du Championnat du monde prendra le départ de Bastia 40 ans après.

Pour un retour, aussi, dans Cagnano où le rallye n'est plus passé en mode WRC depuis 23 ans.

 

Hier, la FFSA (Fédération française de sport automobile) et l'organisation, dévoilaient à la presse le nouveau parcours de la prochaine épreuve insulaire prévue du 5 au 8 avril 2018.

Commme annoncé dans une précédente édition, ce Tour de Corse démarrera de la place Saint-Nicolas, à Bastia. Ce qui n'est plus arrivé, en version Championnat du monde, depuis 1978.

Une éternité pour les nombreux passionnés de la région.

Quatrième manche, après le Monte-Carlo (asphalte-neige), la Suède (neige) et le Mexique (terre), la Corse sera le premier rallye sur asphalte pur et dur !

Le départ de Bastia donc, avec le Cap au programme, un retour dans le Cortenais et une arrivée à Ajaccio, seront les principales nouveautés de ce Tour 2018 WRC relooké.

Au total, 333,16 km contre le chrono répartis en 12 épreuves spéciales, dont la plus grande (ES 11) le dimanche, entre Vero et Sarrola (54,9 km).

La "power stage" (dernière spéciale du rallye sur laquelle les cinq premiers marquent des points) s'effectuera sur l'historique tracé entre le pénitencier et Coti.

 

Reconnaissances "médical et sécurité"

Le samedi sera la journée la plus intense avec six spéciales au menu, dont celle du Cap Corse où le Tour n'avait plus posé ses gommes en Championnat du monde depuis 1995.

"Nous profitons du départ à Bastia pour nous installer dans ce fabuleux territoire du Cap, explique Dominique Serieys le directeur du Tour de Corse.

Pour cette journée du samedi, il y aura aussi Novella dans la même version que l'an dernier, qui sera en direct à la télé en fin de matinée."

Les reconnaissances "médical et sécurité" avaient lieu hier en Haute-Corse, avec les spéciales 5-8 Cagnano-Pino-Canari (35,61 km), 6-9 Désert des Agriates (15,45 km), 7-10 Novella (17,39 km), 1-3 La Porta Valle di Rostino (49,03 km), 2-4 Piedigriggio-Pont de Castirla (13,55 km).

Pour Valérie Leboucher (responsable sécurité) et Jean Duby (délégué médical FIA), il s'agissait d'établir des zones "public", de matérialiser les chemins piétons et de prévoir des routes de dégagement pour insérer le tout au road-book sécurité.

Toutes les observations étaient notées et seront validées lors d'une prochaine commission.

"Des barrières de sécurité seront installées à trois endroits dans la spéciale de Canari, qui comporte de nombreux précipices", précisait Flora Tomasari chargée de communication à la FFSA.

Aujourd'hui, les reconnaissances se poursuivent en Corse du Sud avec les spéciales 11 :

Vero-Sarrola-Carcopino (54,9 km) et 12 : Pénitencier Coti-Chiavari (16,2 km).

Depuis son retour en 2015 au sein du WRC, l'édition automnale avait été conçue dans la précipitation. Une nomination tardive de la Corse pour remplacer l'Alsace conjuguée à une météo exécrable, avaient fait de l'édition un retour sur l'ile un peu tronqué.

Les quelques imperfections rapidement gommées en 2016, et six mois plus tard on retrouvait une copie conforme du parcours et une zone d'assistance taille XXL à Poretta.

La FIA distribuait alors un bon point à l'édition printanière 2017 du Tour de Corse.

Pour le prochain, l'organisation bénéficiera enfin d'une année pleine et de l'expérience pour sa préparation.

Fin du bail avec Loeb ?

Une édition 2018 qui s'annonce comme un véritable "Tour de Force" sur le terrain avec plus de 300 km de chronos et deux spéciales particulièrement relevées, La Porta et Vero.

Un Tour de Corse qui voit la fin de son bail avec la FIA.

Pour les années à venir, le contrat devra être renouvelé avec des budgets de plus en plus difficiles à réunir sur l'ile.

Sachant que de nouveaux pays frappent à la porte du WRC, que la Pologne (pour manque de sécurité) a été remplacée par la Turquie qui réintègre le championnat, après sept ans d'absence, (avec les usines Toyota, Hyundai et Ford sur son territoire, le pays avait de sérieux arguments), le Tour de Corse 2018 devra rendre une copie parfaite avec les fonds nécessaires, pour renouveler son contrat de trois ans.

En attendant la décision du prochain Conseil Mondial, en décembre, qui pourrait permettre aux constructeurs d'aligner officiellement quatre voitures (Toyota et Hyundai sont demandeurs), on peut confirmer la signature de Mikkelsen chez Hyundai (il a participé au rallye d'Espagne le week-end dernier), et la volonté de Citroën de faire revenir Ogier en fin de contrat avec M-Sport.

Et, surtout, la possibilité d'un retour de Sébastien Loeb sur l'île avec la C3, après des essais concluants sur terre et asphalte.

Le multiple champion du monde (9 titres) devrait effectuer quelques piges, en fonction de son calendrier de Rallycross, compétition qu'il dispute avec Peugeot.

Quoi qu'il en soit, le Tour de Corse 2018 s'annonce d'ores et déjà majestueux !

Cap au nord pour le Tour de CORSE WRC 2018
Cap au nord pour le Tour de CORSE WRC 2018

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :